Après avoir lu quelques articles sur les plastiques et les bouilloires électriques, j'ai échangé ma bouilloire tout en plastique contre une bouilloire tout en inox (enfin presque).

Mais pourquoi donc ? Tout d'abord parce qu'il m'a été impossible de savoir de quel plastique mon ancienne bouilloire était faite, le fameux pictogramme qui aurait pu me l'indiquer étant manquant.

                                   

Ensuite parce que selon différentes sources (en voici une) liquides chauds et plastiques ne font pas bon ménage.

J'ai donc cherché un bouilloire en inox, sans niveau d'eau (en plastique) et j'ai trouvé mon nouvel accessoire des petits déjeuners heureux :

                

Ce modèle contient certes deux petits joints en matière indéterminée et un filtre en plastique mais j'en suis très satisfaite. Sans oublier qu'elle a plus de dégaine que ma bouilloire en plastique bleuâtre.

(Edit : une nouvelle recherche de bouilloire en inox est détaillées dans ce billet).

Comme mon ancienne bouilloire était encore tout à fait fonctionnelle elle fait désormais le bonheur d'une non psychotique des plastiques, car en tant que débutante en simplicité volontaire, j'ai pris le réflexe de ne plus jeter mais de donner (ou de vendre parfois) ce que je n'utilise plus, le recyclage ne se limite pas à la poubelle jaune !

Pour tout comprendre sur les pictogrammes de composition des plastiques, un dossier complet sur le site de DD magazine.

Cher lecteur, si tu veux déchirer mon petit cœur, révèle moi que l'inox n'est pas non plus le matériau idéal, que je renonce définitivement à l'eau chaude ! En attendant, je retourne en cuisine réfléchir à l'avenir de mes boites et accessoires en plastique.