La couverture de ce livre m'a charmée, la quatrième de couverture intriguée et j'avoue l'avoir choisi sans me poser de questions sur son auteur. Ce n'est qu'en lisant le rabat de la couverture que j'ai fait le lien avec le chanteur de Dionysos, Mathias Malzieu.

J'avoue que pendant les premiers chapitres, j'ai ressenti une ressemblance d'écriture avec mon auteur cultissime, mais, finalement, Le plus petit baiser jamais recensé se lit bien (et vite : en à peine huit battements de cils), révèle une délicate poésie et une fantaisie sensible.

Un seul conseil : si les dernières pages en papier glacé attiraient votre attention, résistez à y jeter un œil, un indice vous gâcherait alors légèrement l'intrigue.